Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

L'absentéisme en hausse


Publié le 21 nov. 2017 09:24:00

 

Sofaxis (Groupe Sham) a publié la nouvelle édition de son Panorama des absences au travail pour raison de santé dans les collectivités territoriales. Ce document montre que les absences sont restées à un niveau élevé en 2016. En effet, le taux d’absentéisme global a atteint en 2016 9,5 % (contre 9,3 % en 2015) toutes natures d’absences confondues (soit l’absence tout au long de l’année de près de 10 agents sur un effectif de 100). Le taux d’absentéisme a progressé de 28 % depuis 2007. En fréquence, les arrêts représentent 71 arrêts pour 100 agents employés (contre 72 en 2015). 44 % (identique en 2015) d’entre eux ont été absents au moins une fois dans l’année (exposition).
La maladie ordinaire est le premier contributeur des absences au travail pour raison de santé : elle représente à elle seule près de la moitié du taux d’absentéisme (46 %), plus de 8 absences sur 10 (84 %) et les trois quarts des agents absents (75 %).
En 2016, chaque agent territorial titulaire employé aura coûté 2 099 € à son employeur, au titre des coûts directement entrainés par l’absence (indemnités journalières, hors frais médicaux). Pour apprécier l’ensemble des coûts engendrés par les absences, il conviendrait d’apprécier ceux, indirects, relatifs à la désorganisation, à la gestion des absences et à la dégradation du service rendu aux usagers, entre autres. La maîtrise des coûts des absences demande de prendre en considération l’ensemble de ces variables.

Effectifs vieillissants et pénibilité
L’âge moyen des agents employés progresse et est en 2015 de près de 47 ans. Dans le même temps, la durée du travail augmente, en lien avec les dispositions règlementaires liées aux dernières réformes des retraites. Travailler plus longtemps sur des postes à pénibilité forte accentue le risque d’usure professionnelle. Or la filière technique est prépondérante dans la Fonction publique territoriale. Ce constat soulève les enjeux de prévention et de gestion des absences à prendre en compte pour agir en faveur de l’employabilité durable des agents territoriaux.
L’âge moyen des agents absents augmente lui aussi, la part des absents de plus de 45 ans atteint, en 2016, 57 % des effectifs arrêtés et progresse de plus de 5 % en 10 ans. Le vieillissement de la population a une incidence sur la gravité des absences : la durée moyenne d’arrêt augmente avec l’âge.

Comment agir ?
Agir en faveur de l’employabilité durable suppose d’actionner les bons leviers en fonction de l’âge des agents : les caractéristiques des absences ne sont pas les mêmes selon l’étape de la carrière professionnelle.

  • Les agents les plus jeunes sont plus souvent absents mais pour des durées d’arrêt moins longues que leurs aînés. L’accent peut notamment être mis sur l’accompagnement à l’intégration, le partage des valeurs de la Fonction publique territoriale et la prise en compte de la sécurité au travail.
  • Chez les plus anciens, les natures d’absence présentées connaissent des durées d’arrêt plus longues (longue maladie/longue durée, maladie professionnelle). L’enjeu consiste à maintenir les personnels dans leur emploi, par exemple, en agissant sur le contenu du travail, ses modalités d’exercice et son organisation.
  • Pour les agents d’âge intermédiaire, il s’agit d’anticiper les difficultés liées à l’âge et à l’emploi, en préparant et en adaptant dès maintenant l’emploi de demain.

La Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) figure parmi les outils qui permettent de faire converger Ressources Humaines et employabilité durable.
« Avec le déploiement de la réforme territoriale, le secteur public local se trouve engagé dans des transformations fondamentales qui le reconfigurent dans son ensemble. Dans ce contexte, plus que jamais, la gestion des ressources humaines s’impose comme la pierre angulaire d’une construction qui devrait parvenir à concilier transformation des organisations, réduction des marges de manœuvre, développement de la qualité du service rendu à l’usager et maîtrise de la qualité de vie au travail des agents. Sans doute l’employabilité durable des agents territoriaux constitue-t-elle l’un des enjeux les plus importants pour les prochaines années, alors même que se posent les questions du sentiment d’appartenance, de la lisibilité des projets et de l’adhésion aux valeurs d’un monde local qui change », explique ainsi Pierre Souchon, Directeur du Département Ingénierie Services de Sofaxis.

 

Partager l'article