Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

TMS. Le Smictom Alsace Centrale lutte contre les lombalgies


Publié le 14 mai 2019 16:46:32

 

Plus de 4 actifs sur 5 déclarent avoir déjà eu mal au dos pendant ou après le travail *. Douloureuse et parfois invalidante, la lombalgie peut entrainer de lourdes conséquences pour le salarié en termes de désinsertion sociale et professionnelle. Dans le secteur de la collecte et du tri des déchets, le mal de dos est à l’origine chaque année, de 105 000 journées de travail perdues soit l’équivalent de 500 emplois à temps plein et plus d’un accident sur cinq sont liés à une lombalgie. Le Smictom Alsace Centrale, chargé d’assurer la collecte et le traitement des déchets de 90 communes (130 000 habitants), a mené une réflexion globale sur la prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS) mixant aménagements de postes et refonte des rythmes de travail.

Des postes de travail ergonomiques pour tous les agents

Gregory Gilgenmann en charge de la prévention au sein du SMICTOM explique que la rénovation du centre de tri de Scherwiller dans le Bas-Rhin a été une opportunité pour inclure la prévention des TMS dans la conception des postes de travail : « Nous avons collaboré avec un ergonome qui s’est entretenu avec nos agents afin d’identifier les principaux problèmes de santé liés aux TMS et concevoir les aménagements de poste. La caisse régionale de l’Assurance Maladie-Risques professionnels était également partie prenante dans cette nouvelle approche, ainsi que l’INRS. » Les salariés du Smictom bénéficient désormais de postes de travail sur des tapis de tri moins larges et qui proposent quatre possibilités de hauteur de plan de travail afin de solliciter le dos le moins possible.

La collectivité s’est également penchée sur les rythmes de travail de l’activité de collecte des déchets et notamment le « fini-parti », usage qui consistait à quitter son poste de travail dès la tâche achevée, qui entrainait par des cadences accrus, des effets délétères pour les salariés. Le Smictom y a mis fin et proposé de nouveaux rythmes permettant de travailler dans des conditions plus sereines et harmonieuses diminuant les risques pour la santé. Enfin, les postes ont été redéfinis pour les agents présents sur les déchèteries, régulièrement confrontés à des demandes sollicitant le dos. Le règlement des déchèteries du Smictom acte que les agents ne sont pas autorisés à aider les usagers à décharger, sauf cas exceptionnels de service public mais ont pour rôle d’accueillir et d’orienter les usagers.

Former pour maintenir dans l’emploi

Les formations font désormais partie intégrante de la démarche de prévention. « Intégrés à la fonction publique, nos agents sont affectés à des postes pendant de nombreuses années et il est de notre devoir de leur garantir une santé et un bien-être au travail sur du long terme. Notre démarche va au-delà de la simple prévention et s’entend en termes d’amélioration continue en formant les agents à de nouveaux process, par exemple », conclut Grégory Gilgenmann.

* Enquête de BVA pour l’Assurance Maladie.

 

Partager l'article