Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Trois accords chez Saint Maclou


Publié le 27 juin 2017 14:38:31

 

Il y a quelques semaines, l’enseigne Saint Maclou a signé, à l’unanimité des organisations syndicales, trois accords concernant la qualité de vie au travail (QVT), les RPS et l’aménagement du temps de travail des services centraux. Ce texte est « une première étape dans l’engagement d’une démarche continue de la qualité de vie au travail » pour Saint Maclou. En effet, conscients que cet accord n’est qu’un début, ses signataires s’engagent chaque année à se réunir afin d’étudier dans quelle mesure le compléter ou l’amender. Ils s’engagent également à mener des négociations sur la prévention des risques psychosociaux (RPS) et sur l’aménagement du temps de travail des services centraux.

Prévention des RPS

En ce qui concerne les risques psychosociaux, l’accord améliore les engagements pris en 2012 pour « l’identification des risques eux-mêmes et pour la connaissance et l’animation par le management des mesures de prévention. Le texte définit aussi le rôle des différents acteurs impliqués dans la prévention des RPS, tels que les salariés, managers, DRH, CHSCT, services de santé au travail.


L’accord met aussi en place des protocoles de prévention spécifiques traitant des situations individuelles et collectives exceptionnellement dégradés. À titre d’exemple, des protocoles en cas de violences internes et/ou internes, de harcèlement moral et/ou sexuel et d’agissements sexistes. Il préconise notamment aux salariés de rechercher une écoute et de dénoncer les faits auprès d’interlocuteurs compétents, tels que la DRH et les représentants du personnel. La direction pourra également s’adjoindre des moyens complémentaires en fonction des situations (cellule d’écoute, médiation, etc.).

QVT : plusieurs engagements

Pour l’amélioration de la qualité de vie au travail, les signataires ont pris certains engagements. Entre autres :

  • Réaliser une enquête « élan » au cours de l’année 2017 auprès de l’ensemble des collaborateurs permettant, notamment, de « mesurer la confiance, l’engagement et la qualité de vie au travail ». Ils pourront notamment être interrogés sur la possibilité de concilier vie professionnelle et vie privée et sur leur appréciation des pratiques de management.
  • Développer une « identité managériale commune » en mettant en place un parcours managérial certifiant de 18 mois à compter de l’année 2017, destiné à « embarquer » 100 % des responsables de magasin et plus de 30 % des adjoints dès la première année. Ce programme d’une durée de 18 jours en présentiel complété par des modules e-learning vise notamment à développer la connaissance de soi et à « harmoniser et faire vivre les rituels de management ».

Temps de travail aménagé

Dans le dernier accord, les partenaires sociaux ont apporté des modifications concernant l’aménagement du temps de travail des collaborateurs des services centraux. Ils leur permettent notamment de bénéficier d’horaires variables. Cet aménagement leur impose d’être présents à leur poste sur une période de travail fixe de 9 h 00 à 12 h 00 le matin et de 14 h 00 à 17 h 00 le soir. Une période de travail variable d’une heure et 20 minutes par jour pourra être positionnée avant 9 h 00, entre 12 h 00 à 14 h 00, ou après 17 h 00, de sorte à effectuer 7 heures 20 de travail pour un collaborateur à temps complet.


Par ailleurs, à partir du 1er janvier 2018, un forfait annuel en jours sera instauré au profit des cadres autonomes en référence journalière afin de leur permettre « plus d’autonomie » et une « meilleure adéquation avec les besoins de l’entreprise ». L’accord met également en place le télétravail au profit des salariés titulaires d’un CDI ou CDD à temps complet ou à temps partiel. La possibilité de travailler à domicile est limitée à un jour maximum par semaine.

 

Partager l'article