Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

EPI 

ArcelorMittal connecte ses EPI


Publié le 20 déc. 2017 10:57:00

 

Situé au coeur des Ardennes, l’usine ArcelorMittal de Mouzon est équipée de deux lignes de galvanisation à chaud qui produisent 350 000 tonnes d’acier. Spécialisée dans le revêtement par immersion de différents types d’acier, elle fournit de l’acier pour l’industrie automobile, le BTP et la fabrication d’électroménager. « Lors du process de production, les pontiers déplacent des bobines d’acier pouvant peser jusqu’à 27 tonnes, des stocks bobines vers les outils de fabrication, explique Frédéric Koralewski, responsable cellule maîtrise des risques industriels et environnements chez ArcelorMittal. La configuration, ainsi que la taille des bobines ne permettent pas d’opérateur dans les stocks. Nous avons donc testé cet automne les gilets d’alerte connectés Eleksen de T2S Lorsque les opérateurs doivent pénétrer dans les zones de stocks, ils mettent un gilet connecté. Le pont de transport des bobines est également équipé d’une puce de transmission. Si le pont en cours de déplacement se retrouve à de dix mètres ou moins d’un opérateur, le gilet de ce dernier vibre et s’allume pour lui indiquer la présence du danger ».

Accueil favorable
En parallèle, un gyrophare se déclenche sur le pont pour alerter le pontier d’une présence dans son champ de manoeuvre. Les opérateurs disposent de ces gilets depuis le mois de décembre 2017. Un équipement accueilli très favorablement par les salariés qui réalisent la gravité du risque dans cet environnement.
Site pilote pour la sécurité, la mise en place de ce système est suivie de près par les quarante usines du groupe. « Les gilets connectés T2S, reprend Frédéric Koralewski, apportent un gain considérable en matière de prévention des risques. Nous allons probablement étendre le système non seulement à d’autres sites, mais aussi à d’autres situations comme la prévention des collisions des piétons avec les engins roulants. » L’étude et la réalisation de ce projet entrent dans le challenge sécurité (groupement des entreprises sidérurgiques et métallurgiques) pour lequel l’usine de Mouzon concourt.

 

Partager l'article