Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sécurité et de la Santé au Travail

 

Les 10 projets retenus pour produire en France des matières premières pour les masques sanitaires, dans le cadre d'un appel à manifestation d'intérêt (AMI), sont désormais connus.

La récente crise sanitaire a mis en évidence, cruellement, les manques français en matière de production, sur le territoire national, de matériaux filtrants pour masques sanitaires. Pour que cela ne se reproduise plus, Bercy avait lancé, en avril dernier, un appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour la réalisation d’unités de production de matériaux filtrants et de protection respiratoire. Objectif de cet AMI : développer les lignes de productions de matières premières filtrantes qui permettent la confection de masques de protection (chirurgicaux, FFP1, FFP2 ou FFP3). Ces masques normés à usage unique sont essentiellement fabriqués aujourd’hui à partir d’une matière filtrante appelée meltblown. L’AMI avait donc pour objectif d’identifier les projets d’investissement dans des unités de production de matières filtrantes actuellement envisagés par les acteurs économiques, et en particulier :

  • de lignes de fabrication de meltblown ;
  • de lignes de fabrication de membranes par électrofilage (electrospinning) ;
  • de lignes de fabrication de matériaux innovants.

50 millions de masques

Lors de la crise, et grâce à la mobilisation du secteur industriel, la capacité de production nationale hebdomadaire en masques FFP2 et chirurgicaux était ainsi passée de moins de 4 millions avant la crise à plus de 50 millions fin septembre.

A l’heure où nous imprimons, 10 entreprises ont été retenues et vont être subventionnées dans la limite de 30 % de leur projet d’investissement. Le soutien financier de l’Etat est estimé à 18 millions d’euros pour ces dix projets. Ils permettront de générer près de 250 emplois.

Ces projets ont notamment été sélectionnés sur la base des critères suivants :

  • l’aspect stratégique du projet : l’ampleur du projet (niveau d’investissement et de création d’emploi), des perspectives économiques de l’activité concernée par le projet (perspectives commerciales des marchés cibles et positionnement des acteurs dans ces marchés), de la création de valeur (évolution du chiffre d’affaires et/ou de la marge nette d’exploitation de l’entreprise) induite par le développement envisagé ou l’impact du projet eu égard aux enjeux de souveraineté de la production de masques ;
  • la solidité financière de l’entreprise et du plan de financement ;
  • la maitrise de la technologie et maturité industrielle ;
  • les procédés innovants permettant la production de masques.

> Les 10 entreprises sélectionnées

 

SST. Lidl renforce son engament pour la prévention


Publié le 14 oct. 2020 14:45:53

 

Lidl, dans le cadre de sa politique visant à assurer la sécurité de ses salariés, à préserver leur santé et à améliorer leurs conditions de travail, renforce son engagement avec les Caisses régionales pour aller plus loin dans le domaine de la santé-sécurité en plateforme logistique.

Contrairement à certains de ses concurrents, Lidl a fait le choix de ne pas automatiser sa production et de se concentrer sur l’amélioration des conditions de travail de ses opérateurs logistiques. Le principe d’engagement s’inscrit donc pleinement dans cette stratégie.

Signé en mai 2017 et assorti d’objectifs de progrès sur 3 ans, le premier engagement portait sur la réduction de 7 situations dangereuses liées aux manutentions manuelles. Cette initiative a facilité l’animation de la prévention au sein des plateformes logistiques Lidl et a donné des premiers résultats très encourageants.

Un plan, trois axes

En lien avec ses partenaires sociaux, Lidl souhaite à présent renouveler et étendre son engagement en privilégiant trois axes majeurs de travail.

  • Renforcer la réduction des risques liés aux manutentions manuelles. Accentuant la prévention des 7 situations dangereuses, la démarche vise en plus à réduire le poids des colis les plus lourds et à améliorer leur stabilité sur les palettes. « Sur ce thème, les salariés bénéficient également d’un accord d’entreprise pour promouvoir la polyvalence, ce qui contribue fortement à la prévention », explique Anne Broches, directrice exécutive Ressources Humaines chez Lidl.
  • Réduire la survenue d’accidents graves et prévenir la désinsertion professionnelle. Il s’agit de prendre en considération l’augmentation des arrêts de travail de longue durée, observés dans l’ensemble de la profession. La démarche consiste à prévenir les catégories d’accidents graves les plus fréquentes et à promouvoir la prévention de la désinsertion professionnelle.
  • Développer la culture sécurité et l’engagement managérial en matière de prévention. La sécurité est une priorité qui doit être prise en compte par l’ensemble des collaborateurs afin qu’elle devienne une véritable culture d’entreprise.

Cet engagement fait l’objet d’objectifs nationaux déclinés dans chaque établissement par un plan d’actions, assorti d’indicateurs suivis mensuellement pour chacun des thèmes. « En tant qu’assureur des risques professionnels, nous incitons les principales entreprises du secteur à signer des engagements de progrès sur ces trois axes, incontournables pour le secteur de la logistique », conclutFrançois Blanchard, Ingénieur Conseil Régional de la Cramif (lien1).

Photo : Emmanuel Solofrizzo, Directeur Exécutif des Opérations Lidl ; Anne Broches, Directrice Exécutive Ressources Humaines Lidl ; François Blanchard, Ingénieur Conseil Régional Cramif ; Ronan Pouzoullic, Ingénieur Conseil Cramif.

© Martine Frankreich

 

Exosquelettes. Partenariat entre Hilti et Ottobock


Publié le 14 oct. 2020 14:36:00

 

En vue de développer des systèmes dexosquelettes, le groupe Hilti a conclu un accord de partenariat technologique avec Ottobock SE & Co. KGaA. « Les exosquelettes sont une véritable tendance de fond pour nous. Ils permettent un certain soulagement dans le cadre d’activités physiques pénibles, comme on peut notamment les rencontrer sur les chantiers de construction. Nous avons trouvé en Ottobock le partenaire idéal pour combiner nos connaissances approfondies en matière de protection des utilisateurs et d’ergonomie grâce à l’expertise centenaire de cet acteur en biomécanique. Notre partenariat technologique est la première étape du développement d’autres systèmes innovants et axés sur les besoins de la clientèle », explique Johannes Wilfried Huber, membre du comité exécutif chez Hilti.

De son côté Sönke Rössing, directeur d’Ottobock Industrials qui depuis 2012 produit des exosquelettes industriels de la gamme Paexo qui permettent d’améliorer l’ergonomie des postes de travail se réjouit également de cet accord : « Les opportunités qui s’offrent aux solutions permettant de réduire la contrainte physique subie par les collaborateurs dans le secteur de la construction sont très prometteuses. Nous avons pour ambition de consolider ensemble cette activité au cours des années à venir. »

Premier exosquelette en 2021

Hilti commercialisera début 2021 un premier produit commun : le système EXO-O1. Il s’agit d’un modèle passif qui ne nécessite aucune alimentation en énergie. Le poids des bras est transféré vers les hanches via des coques de bras et à l’aide d’un système mécanique de câbles de traction. Les pics de contrainte exercés sur les muscles sont ainsi réduits jusqu’à 47 %, ce qui soulage les épaules, d’après des études indépendantes et des analyses d’Ottobock.

 

Bragard a organisé une grande opération de collecte de vêtements professionnels dans ses boutiques parisienne et lyonnaise, du 15 septembre au 8 octobre, dans le cadre de la semaine européenne du développement durable. Si Bragard recycle déjà des produits, la marque a souhaité associer ses clients afin de limiter plus largement le gaspillage, de valoriser les vêtements professionnels voués à la destruction ou l’oubli et leur donner une seconde vie.

Les vêtements collectés seront triés en France et transformés par l’entreprise d’insertion vosgiennes TLC. Selon leur état, ils pourront être transformés en vêtement de seconde main, en matière première (fibres isolantes) ou en nouveaux produits, tels que des chiffons. Cette démarche s’inscrit dans la volonté de l’entreprise de commercialiser des vêtements responsables et respectueux de l’environnement. La collection Green Label composée de fibres naturelles ou recyclées, dont une partie est labellisée, France Terre Textile a permis à la marque de montrer ses capacités à répondre à l’attention croissante des clients sur le plan environnemental. Au-delà du partenariat avec Vosges TLC, Bragard intègre d’ores et déjà la réutilisation des chutes de tissus de ses collections dans la création de nouveaux articles, tels que les sacs, pochettes et masques.

 

Dans ce catalogue, Mewa présente une sélection haut de gamme de vêtements de travail et d’articles pour la sécurité au travail. La gamme comprend des chaussures de sécurité, des gants de travail, des vêtements de protection, ainsi que des articles de protection oculaire, auditive, respiratoire et pour la tête. Les professionnels peuvent également commander des polos, des chemises et des vestes softshell contre les intempéries. Au chapitre des nouveautés, le catalogue Mewa met en avant les chaussures de sécurité Steitz Secura, dotées d’un système d’amortissement individuel, et les gants d’assemblage Wonder Grip. La marque propre Korsar présente également un certain nombre de nouveaux développements. Enfin, les marques phares Elten, Ansell et Hakro sont représentées avec leurs nouveautés et leurs produits plus éprouvés.

> Tous les articles sont disponibles dans la boutique en ligne