Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

FABRICANT EPI/EPC. « Etre pro-actifs pour ne pas subir la crise »


Publié le 3 févr. 2021 10:01:29

 

Le Suédois New Wave a des ambitions pour le marché du workwear où il veut s’imposer comme un des leaders européens. Christophe Lardy, directeur général de sa filiale française, a répondu aux questions de Pic.

  • PIC : Pouvez-vous nous présenter New Wave ? Que représente le groupe sur le marché mondial du workwear ?

Christophe Lardy : New Wave est un groupe suédois fondé en 1990 par Torsten Jansson. Depuis sa création, New Wave s’est clairement positionné comme un des leaders européens du vêtement professionnel corporate et workwear. Nous sommes implantés en France depuis vingt ans. Le groupe, présent en Amérique du Nord, en Asie et dans quinze pays européens, réalise un chiffre d’affaires de 700 millions d’euros et emploie 2 600 collaborateurs. La filiale française que j’ai l’honneur de diriger est constituée de 11 personnes, pour un CA de huit millions d’euros. Pour assurer une livraison rapide de nos produits, nous disposons d’une plateforme logistique en Italie, à partir de laquelle, via notre partenaire UPS, nous livrons en 48 heures, partout en France.

  • PIC : Quelles sont les marques et gammes de vêtements qui composent votre offre ? En quoi se différencient-elles de celles de vos concurrents ?

Christophe Lardy : Nous produisons et proposons trois marques distinctes : Clique, Projob et Craft. Clique regroupe notre offre corporate. Projob est totalement orientée workwear et Craft se compose de vêtements « cadeaux d’affaires » et « grand froid ». Toutes nos marques et produits sont conçus et pensés pour être réellement écoresponsables. L’engagement du fabricant que nous sommes est très volontairement orienté RSE. Par ailleurs, nous nous positionnons comme un fabricant qui propose des vestiaires moyen de gamme plus. C’est pour cela que nous nous refusons de répondre à des appels d’offres qui nous contraindraient à renier nos engagements en matière de RSE et à casser nos prix. À ce sujet, la responsabilité environnementale, même si elle n’est pas encore un marqueur de nombreux appels d’offres, n’est plus un simple critère marketing, communicationnel… Dans de nombreux appels, et en particulier chez certains grands comptes qui sont nos clients, comme la SNCF, Veolia, McDonald’s…, le critère RSE représente aujourd’hui une quote-part non négligeable dans la notation de l’offre.

  • PIC : Nous vivons tous une période inédite et qui a pu être très déstabilisante pour certains de vos confrères. Comment l’avez-vous traversée ? Comment avez-vous pu accompagner vos partenaires pendant cette crise ?

Christophe Lardy : Nous avons voulu être proactifs pour ne pas subir cette crise. D’une part, nous avons fait preuve de souplesse de facturation pour permettre à nos partenaires distributeurs – acteurs nationaux ou membres de réseaux, voire indépendants purs – de passer la crise et de ne pas être « étranglés » par des contraintes comptables. Nous avons aussi profité de cette période pour renforcer les compétences de nos équipes. Nous avons, par exemple, fait profiter certains de nos collaborateurs d’une formation à l’IFTH  pour accroître leurs compétences techniques. Nous nous sommes aussi astreints à ne jamais rompre le lien avec nos partenaires distributeurs dont un certain nombre s'est retrouvé livré à lui-même, sans un interlocuteur capable de leur assurer une aide technique pour la prescription et la disponibilité des produits. Enfin, pour aider les distributeurs, nous leurs proposons désormais des échantillons marqués qui indiquent, de manière très visible sur les vêtements, les endroits où sont intégrés du Kevlar, du Cordura, des matériaux techniques, telle ou telle fibre, tel ou tel renfort…

  • New Wave en bref

- Un leader européen du vêtement professionnel.

- 3 000 collaborateurs dont 11 en France.

- 720 millions d’euros de CA dont huit en France.

- 3 marques : Clique, Projob, Craft.

 

Partager l'article