Espace abonné
Mon panier
 

Toutes les actualités pour les professionnels de la Sécurité et de la Santé au Travail

 

Le maintien dans l’emploi des séniors est plus que jamais d’actualité à l’heure des débatsautour de la réforme de la retraite. C’est donc pour réfléchir aux moyens de maintenir au travail les salariés les plus âgés que le Premier ministre avait confié à Sophie Bellon, Olivier Mériaux et Jean-Manuel Soussan, la réalisation d’un rapport sur ce sujet. Le document en question, intitulé « Favoriser l'emploi des travailleurs expérimentés », a été remis récemment au gouvernement.

Ce rapport s’ouvre sur un constat : le maintien en emploi des travailleurs séniors est un problème de société complexe. Et les chiffres parlent d’eux-mêmes. En 2018, seuls 56 % des personnes âgées de 55 à 64 ans étaient actives : 52,1 % étaient en emploi et 3,8 % étaient au chômage, soit un taux de chômage (par rapport aux actifs) de 6,9 %. Par ailleurs, en France, le taux d'emploi des seniors est plus faible que la moyenne européenne (58,7 % en 2018).

Partant de ce constat, les auteurs du rapport proposent seize recommandations devant permettre de « rompre avec la vision défensive dominante depuis des décennies dans notre pays (et dont rend bien compte le terme de ‘maintien en emploi’) pour engager une bascule vers une stratégie préventive globale de maintien de la capacité de travail des salariés à tous les âges. »

Ces seize propositions s'articulent autour de cinq axes :

  • Mettre les enjeux du vieillissement au coeur des politiques de prévention et de santé au travail
  • Prévenir les risques d'obsolescence des compétences en seconde partie de carrière et favoriser la transmission des savoirs
  • Faciliter et organiser les mobilités et transitions professionnelles favorables au maintien en emploi
  • Favoriser des transitions plus progressives entre « pleine activité » et « pleine retraite »
  • Accélérer la transformation culturelle des organisations pour faire évoluer les représentations

> Ce sujet sera plus longuement abordé dans le prochain Pic (n° 121, mars-avril 2020).

 

Du 20 au 24 janvier, Lidl s'adressait à ses 35 000 collaborateurs pour parler avec eux de SST dans ses 1500 supermarchés, ses 25 plateformes logistiques et ses 2 sièges.

Chaque jour pendant 5 jours, l’ensemble des collaborateurs ont pu assister à des séances de formation et ateliers pratiques définis pour chaque environnement métier sur un thème précis : formations aux risques psychosociaux, prévention des risques de manutention, prévention des risques incendie, ergonomie au poste de travail, etc.

Cette semaine consacrée à la SST est venue compléter et renforcer l'engagement de l'entreprise depuis plusieurs années à travers des actions, projets et politiques de prévention en cohérence avec les valeurs et la culture de l’entreprise. Des ateliers autour de la prévention et la maîtrise des risques liés à ses différentes activités sont régulièrement animés par les managers et les responsables RH.

« Il est important que l’ensemble des collaborateurs soient informés et formés aux enjeux de santé et sécurité au travail. Nous nous sommes fixés des objectifs ambitieux pour les trois prochaines années. La mise en place de cette semaine ‘entre nous’ a pour objectif d’entretenir une dynamique globale auprès de l’ensemble de nos collaborateurs, pour proposer des solutions de prévention de façon proactive et ainsi participer à l’amélioration et donc à la diminution de l’accidentologie », explique Anne Broches, directrice exécutive RH Lidl France

 

EPI. Delta Plus Group se renforce dans les bottes


Publié le 28 janv. 2020 17:14:37

 

Le spécialiste des EPI vient d’acquérir deux acteurs significatifs dans le secteur de la botte de travail en Europe, le Groupe Boots Company, en Italie, et les activités de Netco Safety en France, afin d’accélérer son développement sur ce segment de produits et d’en devenir un acteur de référence.

Fondées il y a plus de vingt ans en Italie, les sociétés Boots Company (et Italboot, détenue à 100 % par Boots Company) sont spécialisées dans la fabrication et la commercialisation de bottes de travail en PVC, avec les marques Euromax, Eurofort et Italboot. Elles commercialisent leurs produits auprès de distributeurs présents principalement en Italie, en France, en Allemagne et en Europe de l’Est.

Le groupe Boots Company (11 millions d’euros de CA) dispose de trois sites de production, situés à Vicenza et en Sardaigne (Italie).

Netco Safety est un spécialiste dans la fabrication de bottes de travail en PVC, à destination d’une clientèle composée principalement de professionnels de l’industrie, du BTP et de l’agro-alimentaire. La société dispose de son propre outil de production, situé en France, à proximité de Clermont-Ferrand, qui emploie une trentaine de personnes. Par ailleurs, depuis 2018, la société distribue de façon exclusive en France les bottes en polyuréthane du fabricant belge Bekina Boots.

La société a réalisé un chiffre d’affaires de 6 millions d’euros en 2018, en croissance annuelle de plus de 15 % sur les trois dernières années (2015-2018).

Création de Delta Plus Boots

Delta Plus Group a réalisé ces acquisitions via la société Delta Plus Boots, nouvellement créée à l’occasion de ces deux opérations de croissance externe.

Par ailleurs, Delta Plus Group s’est associé sur ce projet de développement stratégique avec Jacko Vrolijk, qui prend donc la direction des activités Bottes du Groupe : « Delta Plus Group se développe sur un nouveau segment de marché avec les acquisitions de Boots Company et du fonds de commerce de Netco Safety. Je suis ravi que le Groupe investisse dans le renforcement de ses positions sur ce marché et dans le développement de ces sociétés. Delta Plus Group va apporter une grande valeur ajoutée à ce projet grâce à son réseau mondial. »

 

Innovations. Le « fabriqué en France » à l’Elysée


Publié le 28 janv. 2020 16:38:42

 

Les 18 et 19 janvier, l’innovation était à l’honneur. En effet, 120 produits français, représentant les 101 départements de métropole et d’Outre-mer, ont été présentés au Palais de l’Elysée dans le cadre de la Grande Exposition du Fabriqué en France.

Plusieurs sociétés bien connues des lecteurs de Pic, et d’autres moins connues, ont participé à cette exposition consacrée aux innovations et savoir-faire français. On pouvait ainsi y découvrir :

  • Le casque de pompiers Gallet F1 XF de MSA.
  • L’exosquelette multifonctions développé dans le cadre d’un partenariat avec la SNCF par Ergosanté.
  • La moufle O'Safe en cotte de mailles, pour l'ouverture des huitres par Manulatex France.
  • Le simulateur d'apprentissage de la conduite d'un engin d’Acreos.
  • La technologie de sécurité pour la plongée sous-marine d’Azoth Systems.
  • Le caban 100 % laine de Balsan.
 

RPS. Des outils de l’INRS


Publié le 28 janv. 2020 16:35:29

 

La prévention des risques psychosociaux ne s’improvise pas. Ainsi, afin d’accompagner les petites et grandes entreprises dans la prévention des RPS, l’INRS met à leur disposition différents outils méthodologiques pour évaluer les facteurs de risques psychosociaux et mettre en place un plan d’actions afin de prévenir ce risque.

L’outil « Faire le point RPS » pour les petites entreprises et la brochure « Evaluer les facteurs de risques psychosociaux : l’outil RPS-DU » pour les entreprises de plus de 50 salariés permettent d’évaluer dans quelles conditions les salariés sont exposés aux six différentes familles de facteurs de risques.

Grâce à une série de questions très concrètes, ces outils donnent un aperçu des facteurs de risques les plus présents pour chaque unité de travail dans l’entreprise. Une synthèse apporte des informations sur ceux-ci, met en avant les points de vigilance et propose des pistes pour aider l’entreprise à élaborer son plan d’actions.

L’INRS propose également un ensemble d’affiches, dépliants et brochures pour accompagner les entreprises dans cette démarche.