Toute l'actualité sur la Sécurité et la Santé au Travail

Actualités

24 nov. 2020 13:46:24

SST. Risque routier : trop méconnu !

Il y a quelques jours, MMA a dévoilé les résultats de cinq années d’étude sur le risque routier en entreprise. Premier constat inquiétant : alors que les accidents de la circulation sont la première cause de mortalité dans le cadre professionnel (406 personnes décédées sur les routes lors d’un déplacement lié au travail en 2019*), 78 % des dirigeants ignorent toujours que le risque routier est la première cause d’accident mortel en entreprise (stable en 5 ans). En conséquence, seuls 19 % des chefs de TPE/PME ont mis en place des actions de prévention au sein de leur entreprise. Et là encore, pas d’amélioration.

Les chefs d’entreprise demeurent également peu au fait de leur responsabilité en cas d’accident d’un salarié. Ainsi, si 59 % savent qu’un dirigeant peut être tenu pour responsable en cas d’accident de la route impliquant un salarié sur un trajet professionnel, seuls 36 % en sont conscients s’agissant du trajet domicile-travail. Des chiffres stables sur cinq ans.

Mise en conformité

En revanche, l’étude MMA / Ifop montre une forte hausse de la mise en conformité avec la loi imposant aux dirigeants de dénoncer un salarié ayant commis une infraction routière. Plus des trois quarts des chefs de TPE/PME indiquent aujourd’hui qu’ils dénonceraient le salarié responsable d’une infraction routière en cas de réception d’un PV (76 %), une proportion en forte hausse depuis 2017, date de mise en place de cette nouvelle obligation (+ 26 points). Cette mesure est également beaucoup plus acceptée. Ainsi, 75 % des dirigeants pensent désormais qu’elle responsabilise le salarié et ils ne sont plus que 18 % à la juger difficile à mettre en place (- 21 points par rapport à 2017).

Moins d’1 entreprise sur 5 mène des actions de prévention

Bien qu’obligatoire, l’inscription du risque routier dans le DUER de l’entreprise reste minoritaire : seuls 34 % des dirigeants disent avoir mentionné ce risque dans leur DUER. Une pratique qui se développe cependant dans le temps, avec une hausse de 5 points en un an et de 13 points depuis 2016. Et qui est plus répandue dans les entreprises mettant à disposition un véhicule professionnel (43 %) ou parmi les sociétés du BTP (51 %).

L’étude pointe également une carence au niveau des actions de prévention. Ainsi, 79 % des dirigeants de TPE/PME n’ont mené aucune action au sein de l’entreprise. Ce sont donc moins de 2 entreprises sur 10 qui se sont investies dans cette démarche, un chiffre stable depuis 2016.

Dans le détail, les principales actions déployées sont la vérification des véhicules mis à disposition (80 %) et de la validité des permis de conduire (78 %). Dans les entreprises concernées, 1 dirigeant sur 2 indique par ailleurs réduire les déplacements des salariés pour limiter les risques routiers (51 %).

Les dirigeants n’y pensent pas !

Les chefs de TPE/PME n’ayant pas mis en place d’actions de prévention du risque routier expliquent en premier lieu ne pas y avoir pensé (57 %). Cette raison est invoquée de façon majoritaire depuis 2016, démontrant l’importance de les sensibiliser continuellement à ce risque.

Par ailleurs, en dépit d’un manque d’actions et de moyens alloués à la prévention, les dirigeants demeurent assez largement convaincus du bien-fondé de ces mesures. Ils sont ainsi 71 % à juger utiles les Journées de la sécurité routière au travail et 43 % sont intéressés par la mise à disposition d’outils pédagogiques en ligne pour les informer sur la façon d’agir sur le risque routier professionnel dans leur entreprise.

Parmi les enjeux de sécurité routière identifiés par les dirigeants, l’alcool est le plus largement cité comme prioritaire (66 %). Viennent ensuite la consommation de stupéfiants (47 %) et les distracteurs de la conduite (40 %). Cette dernière thématique est en hausse de 10 points par rapport à 2017.

« Le bilan de cinq années d’étude auprès des dirigeants de TPE et PME montre malheureusement que le risque routier reste trop peu considéré au sein des entreprises. Cela est dû principalement au manque de connaissance de ce danger, alors que la crise actuelle a pour conséquence un recours accru aux véhicules personnels des salariés. C’est pourquoi cette année encore, nous nous mobilisons pour alerter les dirigeants sur leur responsabilité et les inciter à mettre en place des actions de prévention pour la sécurité de leurs collaborateurs », regrette Cécile Lechère, en charge de la prévention des risques routiers chez MMA.

A noter : pour accompagner les dirigeants, MMA propose 4 vidéos thématiques et un Mooc dédiés au risque routier professionnel disponibles ici

* La Sécurité routière : www.securite-routiere.gouv.fr/chacun-sa-conduite/le-risque-routier-professionnel

Sur le même sujet

Annuaire

Trouvez tous les prestataires de la Sécurité et de la Santé au Travail

S'abonner à la newsletter

Tous les 15 jours, recevez par email toute l'actualité sur la Sécurité et la Santé au Travail.