Toute l'actualité sur la Sécurité et la Santé au Travail

Actualités

3 mars 2021 16:01:00

SST. QVT : un cruel manque de moyens

Selon une étude sur le responsable QVT, ce dernier est une femme dans 77 % des cas, a de 30 à 50 ans et ne jouit pas d’un diplôme responsable QVT mais de compétences issues d’autres disciplines comme le droit du travail ou la psychologie du travail. Par ailleurs, 86 % des sondés occupent ce poste depuis moins de cinq ans. Un poste très récent, surtout lorsque nous comparons ces chiffres avec l’ancienneté dans les fonctions RH : en moyenne cinq à dix ans d’après une étude My RH Line de 2017*.

En ce qui concerne les missions du responsable QVT, comme le souligne Peggy Joyez Cochet, responsable expérience collaborateur & QVT chez Groupe Macif Territoire Nord- Est, citée dans l’étude Moodwork : « ll est difficile de lister les missions d’un responsable QVT au vu de la diversité des activités et des missions prises en charge aujourd’hui. On peut dire que c’est une fonction qui s’enrichit au fil des mois, dans une vision plus large d’expérience collaborateurs au sein de l’entreprise, en replaçant l’humain au cœur des organisations. »

Cependant, l’étude fait tout de même apparaître quatre axes communs aux responsables QVT :

  • La mise en place et la gestion de la politique QVT dans l’entreprise (organisation de formations sur les sujets QVT et RPS, la prévention des risques professionnels, des TMS, etc.).
  • L’organisation de la vie au travail (aménagement des espaces ou la mise en place d’actions de bien-être comme le sport au travail).
  • L’accompagnement des collaborateurs et des managers dont la gestion des problématiques individuelles, l’optimisation des conditions de travail et la conciliation vie professionnelle/vie privée, mais également l’accompagnement des managers dans une démarche de management positif.
  • Le soutien de la fonction RH en cas de situations compliquées et de RPS, aider dans le processus d’intégration des nouveaux collaborateurs, etc.

Manque de moyens

Malheureusement, comme le révèle l’étude Moodwork, la QVT n’est pas encore un sujet prioritaire dans toutes les entreprises. Qu’il s’agisse de la direction ou des collaborateurs. Or, les responsables QVT aimeraient faire prendre conscience des enjeux de la QVT pour y impliquer réellement la direction, permettre aux collaborateurs de prendre du recul et de devenir des acteurs de la QVT, mettre en place un environnement de travail adapté… mais aussi pour disposer des ressources opérationnelles et financières permettant aux responsables QVT de mener à bien leurs actions. Or ce n’est pas toujours le cas. Et les responsables QVT doivent faire face à de réels obstacles pour l’émergence de la QVT dans leur entreprise ou organisation. Au premier desquels, le manque de moyens financiers (37,1 % des cas). Suivi par la réticence de la direction (pour 22,9 % des cas) et la complexité des processus (22 %). D’où ce constat amère fait par Moodwork dans son étude :

« Aujourd’hui, la QVT a tendance à être considérée comme un sujet “non-business” donc “non prioritaire”, étant donné qu’il est parfois difficile de montrer la valeur ajoutée d’une action et de prouver son retour sur investissement, conclut l’étude. Les responsables QVT se retrouvent très souvent en sous-effectif et manquent de temps pour réaliser pleinement leurs fonctions. Il est crucial de faire évoluer la mentalité des managers, de la direction et des collaborateurs afin que les responsables QVT puissent bénéficier de plus d’appui ! »

* www.myrhline.com/actualite-rh/infographie-cest-quoi-un-rh.html

> Pour consulter l’étude c’est ici

Sur le même sujet

Annuaire

Trouvez tous les prestataires de la Sécurité et de la Santé au Travail

S'abonner à la newsletter

Tous les 15 jours, recevez par email toute l'actualité sur la Sécurité et la Santé au Travail.